Surpopulation : La peur aux ventres (EP.94)

De Wiki Datagueule
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Informations techniques
Saison 8
Episode 94
Date de sortie 07/02/2020
Durée 13'58"

En ces temps de crise environnementale et de surexploitation des ressources, un bien vieil argument revient en force : les humains pèseraient bien trop lourd sur la planète. La surpopulation serait le fléau qui risquerait de nous faire basculer dans le chaos. Vraiment ? Quand on agite frénétiquement le risque d'un excès de population, on oublie souvent de poser une question essentielle : de quelle population s'agit-il ? Comment s'organise-t-elle ? Comment occupe-t-elle cette Terre ? Et rapidement, on se rend compte qu'il n'existe pas "une" population mais des réalités multiples et complexes. En fonction de nos choix de société, nos impacts environnementaux peuvent varier considérablement. Comme beaucoup de grande peurs, le mythe de la surpopulation nous éloigne de l'enjeu principal : qui sont celles et ceux qui accèdent aux ressources et sont-elles réparties équitablement entre toutes et tous ?

Script

Quand l'idiot montre la surpopulation, nous voyons la peur. Bonjour !

Entre 100 et 300 millions, il y a 2000 ans. Le cap du milliard franchi entre 1800 et 1830. 7,5 milliards en 2017. 7,7 milliards aujourd'hui. 9,7 milliards en 2050. 11 milliards en 2100. Ah, la surpopulation, l'ultime fléau qui ferait imploser la planète. Vraiment ?

1798, un certain Thomas Malthus, économiste britannique et prêtre anglican, publie un pamphlet intitulé : Essai sur les principes de la population. Il y explique que la population anglaise augmente de façon exponentielle alors que les ressources alimentaires ne croissent que de façon arithmétique. L'avenir est clair : le chaos par la famine guette la couronne. Mais Malthus a la solution : contrôler les naissances ! Surtout là où elles sont le plus problématiques selon lui : chez les pauvres.

Il écrit délicatement : "Nous devons rendre les rues plus étroites, entasser plus de gens dans les maisons, et encourager le retour de la peste". En résumé, la mortalité des plus démunis serait une forme de régulation naturelle de la démographie. Ben voyons. Tu aimeras ton prochain comme toi-même, surtout s'il fait moins d'enfants que toi.

1968, les biologistes américains Paul et Anne Ehrlich publient le livre The Population Bomb. Bienvenue dans le remake hollywoodien de Malthus. On peut notamment y lire : "Trop de voitures, trop d’usines, trop de détergents, trop de pesticides (...) La cause en est toujours la même : trop de monde sur la Terre". Décidément.

Prenons-les à la lettre. Le Jour du Dépassement est la date à partir de laquelle l'humanité consomme plus de ressources naturelles que la Terre ne peut en fournir en une année. En 1970, c'était le 29 décembre. 2 jours à crédit. En 1990, il passe au 11 octobre. Ça se corse. En 2019, c'est le 21 juillet. Sur les 12 mois de 2019, nous avons consommé les ressources annuelles d'une planète entière plus trois quart de planète supplémentaire. Mais qui est ce "Nous" mondialisé ?

D'après l'ONU, la moitié des 2 milliards de personnes qui naîtront dans les 30 prochaines années verront le jour dans 9 pays : l'Inde, le Nigéria, le Pakistan, la République Démocratique du Congo, l'Ethiopie, la Tanzanie, l'Indonésie, l'Egypte et les États-Unis. L’Afrique est le centre de cette croissance. Sa population devrait quadrupler, passant de 1 milliard en 2010 à 4 milliards en 2100. Voilà pour la démographie.

Passons à l'empreinte écologique. Et ramenons le Jour du Dépassement au niveau des nations. Si la population mondiale avait la même consommation que les habitants du Qatar par exemple, nous serions à crédit dès le 11 février. Ouch. Avec les États-Unis, c'est le 15 mars. L'Allemagne ? Le 3 mai ; la France, le 14 ; l'Angleterre, Le 17. Des gloutons.

Regardons les futurs champions de la croissance démographique, si facilement pointés du doigt. Si l'humanité consommait comme les égyptiens, le jour du Dépassement glisserait au 25 novembre ! Avec les indonésiens ? Le 18 décembre ! Quant à l'Inde, le Pakistan, la Tanzanie, la République Démocratique du Congo, l'Ethiopie ou le Nigéria, c'est simple : si l'on s'alignait sur eux, il n'y aurait pas de jour de Dépassement. Rien, nada.

Oui mais on ne peut pas nourrir tout le monde ! Faux. La production de céréales frôle les 2,5 milliards de tonnes chaque année. De quoi nourrir 10 à 12 milliards de personnes.Sauf qu'en 2015, seuls 43% de ces céréales ont nourri des humains. 36% furent englouti par du bétail, ensuite acheté en pièces détachées par une minorité suffisamment riche pour s'offrir de la viande.

Mais la peur est tenace. Dans les années 1950, les États-Unis vantent le "contrôle des naissances" pour le Tiers-Monde. Par altruisme ? Non. Pour protéger leurs intérêts économiques du dangereux communisme rampant. Aujourd'hui, d'autres pointent les femmes africaines parce qu'elles feraient trop d'enfants. Comme si être enceinte dix ans était un projet de vie !

Inversons la logique. Et si l'Inde exhortait les États-Unis à lancer des "politiques de contrôle du poids" ? Après tout, en 2012, une étude évaluait que l'augmentation de l’obésité représenterait l’équivalent d’un demi-milliard de personnes à nourrir en plus d’ici 2050. Ou bien, l'Ethiopie pourrait exiger en France des "politiques de contrôle du vieillissement". Ben oui, en Europe, les plus de 65 ans représenteront un quart de la population en 2050. Et qui dit vie plus longue dit empreinte écologique plus lourde. On continue dans l'absurde ?

D’ici 2050, nous serons mécaniquement 2 à 3 milliards de plus, quoiqu'il arrive. Même avec une dictature de l'enfant unique, une pandémie ou une guerre mondiale meurtrière. Mais la courbe change. En 1950, la fécondité mondiale était de 5 enfants par femme. Elle est tombée à 2.5 aujourd’hui. Il y a 50 ans, la croissance de la population était de 2% par an. Aujourd'hui, elle est de 1,1%. Ce n'est pas la démographie qui est incontrôlable, mais la peur qu'on en a. Car agiter la surpopulation nous évite de questionner nos modèles de société. Ouvrons les yeux et regardons la démographie en face. Elle a des choses essentielles à nous raconter.

Sources

Année de publication Auteur·e Titre Titre de la publication ISBN Url Langue
2017 NA La capacité humaine de la Terre Revue Projet NA https://www.cairn.info/revue-projet-2017-4-page-78.htm fr
2017 NA Malthus... et bouche cousue ? Revue Projet NA https://www.cairn.info/revue-projet-2017-4-page-24.htm fr
NA NA The State of Food and Agriculture 2019: Moving Forward on Food Loss and Waste Reduction NA NA https://www.un-ilibrary.org/agriculture-rural-development-and-forestry/the-state-of-food-and-agriculture-2019_32f21f8c-en NA
NA NA Tackling the 1.6-Billion-Ton Food Loss and Waste Crisis https://www.bcg.com NA https://www.bcg.com/publications/2018/tackling-1.6-billion-ton-food-loss-and-waste-crisis.aspx en
NA NA The weight of nations: an estimation of adult human biomass | BMC Public Health | Full Text NA NA https://bmcpublichealth.biomedcentral.com/articles/10.1186/1471-2458-12-439 NA
NA NA Untitled document Google Docs NA https://docs.google.com/document/u/0/d/10HxJD7TXxYiwCM9zYKW37AtSs0laKi81ogFmENfqNEo/edit?usp=embed_facebook en
2018 Berners-Lee, M.; Kennelly, C.; Watson, R.; Hewitt, C. N. Current global food production is sufficient to meet human nutritional needs in 2050 provided there is radical societal adaptation Elem Sci Anth NA http://www.elementascience.org/articles/10.1525/elementa.310/ en
2014 Tran, Mark Global overpopulation would ‘withstand war, disasters and disease’ The Guardian NA https://www.theguardian.com/world/2014/oct/28/global-population-science-growth-study-wars-disaster-disease en-GB
1997 Hartmann, B. Population control I: Birth of an ideology International Journal of Health Services: Planning, Administration, Evaluation NA NA eng
NA NA Anthropocène: la planète va-t-elle craquer? Revue Projet NA https://www.revue-projet.com/articles/2017-07-paillard_anthropocene-la-planete-va-t-elle-craquer fr
NA NA L'introuvable gouvernance mondiale des populations Revue Projet NA https://www.revue-projet.com/articles/2017-07-veron_l-introuvable-gouvernance-mondiale-des-populations fr
2012 Walpole, Sarah Catherine; Prieto-Merino, David; Edwards, Phil; Cleland, John; Stevens, Gretchen; Roberts, Ian The weight of nations: an estimation of adult human biomass BMC Public Health NA https://doi.org/10.1186/1471-2458-12-439 NA
2018 Vásquez, Felipe; Vita, Gibran; Müller, Daniel B. Food Security for an Aging and Heavier Population Sustainability NA https://www.mdpi.com/2071-1050/10/10/3683 en
NA Futura Gaspillage alimentaire : en 2030, 66 tonnes de nourriture seront jetées chaque seconde Futura NA https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/developpement-durable-gaspillage-alimentaire-2030-66-tonnes-nourriture-seront-jetees-chaque-seconde-72507/ fr
NA NA Alimentation mondiale : les besoins sont largement sous-estimés NA NA https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/nutrition-alimentation-mondiale-besoins-sont-largement-sous-estimes-73607/ NA
NA NA Juste la fin du monde ? (1/4) : "Soyez féconds et multipliez-vous" : les peurs démographiques France Culture NA https://www.franceculture.fr/emissions/cultures-monde/juste-la-fin-du-monde-14-soyez-feconds-et-multipliez-vous-les-peurs-demographiques fr
NA NA L’évolution de la population mondiale Ined - Institut national d’études démographiques NA https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/videos/evolution-population-mondiale-gilles-pison/ fr
NA NA L’humanité vit une révolution : la transition démographique Ined - Institut national d’études démographiques NA https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/videos/transition-demographique/ fr
NA Pison, Gilles 7,7 milliards d’humains en 2019 : sommes-nous trop nombreux sur Terre ? The Conversation NA http://theconversation.com/7-7-milliards-dhumains-en-2019-sommes-nous-trop-nombreux-sur-terre-81225 en
2017 Mondialisation, Mr Allons-nous être écrasé par la surpopulation ? Mr Mondialisation NA https://mrmondialisation.org/overpopulation-fact-or-myth/ fr-FR
2019 NA Questions de migration Fondation Jean-Jaurès NA https://jean-jaures.org/nos-productions/questions-de-migration fr
2010 Véron, Jacques MATTHEW CONNELLY Fatal Misconception : The Struggle to Control World Population Cambridge (Mass.)/Londres, The Belknap Press of Harvard University Press, 2008, XIV-521 pages. Critique internationale NA https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2010-2-page-183.htm fr
2008 NA Horrid history The Economist NA https://www.economist.com/books-and-arts/2008/05/22/horrid-history NA
2018 NA Opinion | Et si, cette fois, les néo-malthusiens avaient raison ? Les Echos NA https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/opinion-et-si-cette-fois-les-neo-malthusiens-avaient-raison-142947 fr
2017 NA Le cri d’alarme de quinze mille scientifiques sur l’état de la planète Le Monde.fr NA https://www.lemonde.fr/planete/article/2017/11/13/le-cri-d-alarme-de-quinze-mille-scientifiques-sur-l-etat-de-la-planete_5214185_3244.html fr
NA Chapelle, Sophie Faut-il vraiment limiter la population mondiale pour sauver la planète ? Basta ! NA https://www.bastamag.net/Faut-il-vraiment-limiter-la-population-mondiale-pour-sauver-la-planete fr
2019 NA Deux milliards de personnes de plus sur la Terre en 2050, selon l’ONU ONU Info NA https://news.un.org/fr/story/2019/06/1045681 fr



Crédits

Crédits
UNE COPRODUCTION PREMIERES LIGNES - STORYCIRCUS
AVEC LA PARTICIPATION DE FRANCE TELEVISIONS
Réalisé par Henri Poulain
Enquête et écriture Sylvain Lapoix

Julien Goetz

Voix off Julien Goetz
Produit par Luc Hermann

Hervé Jacquet

Graphiste motion design Laurent Kinowski

Rodrigo Parada et Léonard Bertrand

Graphiste entretien augmenté Quentin Luthereau
Images Juliette Faÿsse
Opérateur son Jean-Christophe Lion
Opérateur son Christophe Joly
Mixage Yves Zarka
Chargée d'enquête Lauren Boudard
Assistant de production Louis Wolkenstein
Assistant de post-production Garand Poinot-Widmann
Musique Cezame Music Agency
Archives Getty Images © Tous droits réservés
france.tv slash Tiphaine de Raguenel

Antonio Grigolini Gwenaëlle Signaté Sandrine Miguirian Vanille Cabaret Léna Sichez

Communication Agnès Desplas
Remerciements Alice Baillat
Avec la participation du Centre National du Cinéma et de l'Image Animée