Pirate, mon amour (EP.5)

De Wiki Datagueule
Aller à : navigation, rechercher
Informations techniques
SAISON01-5.jpg
Saison 5
Episode 1
Date de sortie 06/06/2014
Durée 2:53

Script

rigtSaint Copyright a dit : tu ne partageras point. Sauf si tu paies. Bonjour.

Rappelez-vous, 1999, l'arrivée de Napster et ses centaines d'albums à portée de clic. À l'époque l'industrie musicale crie rapidement « Aux voleurs !». Mais pourtant, 15 ans plus tard, on remarque que ses bénéfices sont stables depuis... 1998. Ils sont même en hausse depuis 2010.

Certes, entre 1998 et 2011, les revenus issus de la vente de CD ont chuté de plus de 50%. Mais dans le même temps, l'augmentation des revenus côté concerts dépasse les 60% et ces dernières années, il faut y ajouter les revenus des plateformes légales comme Spotify qui ne cessent de grimper. Le manque à gagner perdu dans les bacs est largement comblé.

Peu importe, les industriels de la culture sont fermes : pas question de négocier. En 2012, ils affirmaient que le piratage coûtait entre 200 et 250 milliards de dollars à l'économie américaine et avait détruit 750.000 emplois.

Un peu de sérieux. Cela représenterait une perte de 800 dollars pour chaque habitant des États-Unis, femmes, hommes et enfants. Et 750.000 emplois, c'est deux fois le nombre d'employés dans toute l'industrie du cinéma outre-atlantique en 2010.

Pirate.jpg

Voyons plutôt ce que dit le box-office américain, terre de piratage. Entre 2000 et 2013, le nombre de places de cinéma vendues n'a baissé que de 5%. Dans le même temps, la recette de l'industrie a elle explosé grimpant de presque 30%. En 2013, les entrées dans les cinémas ont généré plus de 10 milliards de dollars. Rude crise. Notons que le prix du billet a augmenté de 33%. Faire payer les pirates, ça aide.

Surtout lorsqu'ils sont prêts à le faire. D'après une étude de 2012, en Angleterre, les trois quarts (75%) des utilisateurs qui téléchargent illégalement films, musiques ou autres achètent également trois fois plus de biens culturels que ceux qui sont vierges de tout piratage.

Finalement, télécharger illégalement, c'est pêcher par trop d'envie. Ces 2 derniers mois : 57% des films les plus piratés étaient tout simplement introuvables sur les plateformes légales. Comme l'offre ne suit pas la demande, l'échange « illégal » comble le désir.

Mais tout change. « MERCI », voilà en résumé le petit mot que la chaine américaine HBO a lancé à celles et ceux qui ont téléchargé illégalement les épisodes de la série « Game of Thrones ». Et oui, le « trône de fer » est tout simplement LA série la plus plus piratée depuis 2 ans.

En 2013, près de 6 millions de fans se sont échangés les épisodes de la troisième saison sur les réseaux peer-to-peer. La même année, Game of Thrones devient la seconde plus grosse réussite de la chaine câblée américaine avec 13,6 millions de téléspectateurs.

Sacrés pirates. En alimentant le bouche à oreille, ils ont créé le buzz et permis le succès d'audience de la série.

Reste que la surveillance des réseaux d'échanges réclamée par les majors des industries nuit surtout aux petits artistes, aux films indépendants et aux labels inconnus. Sur le marché de la musique en ligne, en 2013, 1% des artistes ont récolté 77% des revenus.
Cit fermee.PNG
En criminalisant le partage, on empêche la discussion et donc ce bon vieux bouche à oreille. Une grosse perte pour celles et ceux qui ne peuvent pas se payer un arsenal promotionnel. Pourtant la culture, c'est comme les dividendes, ça se partage.

Crédits

Crédits
Un programme court proposé par Premières Lignes Télévisions et Story Circus en coproduction avec France Télévisions.
Écriture Julien Goetz
Réalisé par Julien Goetz & Henri Poulain
Directeur artistique Henri Poulain
Graphiste Laurent Kinowski
Sound design Christophe Joly
Productrice exécutive Laurence de Rosière
Production exécutive StoryCircus
France 4 / France Télévisions Nouvelles Écritures Boris Razon

Cécile Deyon

Renaud Allilaire

Christophe Cluzel

Administratrice de production Sandrine Miguirian