CO 2 - Humains 0 (EP.2)

De Wiki Datagueule
Aller à : navigation, rechercher
Informations techniques
SAISON01-2.jpg
Saison 1
Episode 2
Date de sortie 06/06/2014
Durée 2:46

Script

rigtLe climat, c'est ceux qui en parlent le plus qui s'en occupent le moins. Bonjour.

Voici le GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat), une organisation sous l'égide de l'ONU qui regroupe 194 pays. Pour son dernier rapport, 831 scientifiques se sont réunis pour éplucher près de 20.000 études.

Toujours selon le GIEC, le niveau des mers pourrait avoir augmenté d'un mètre d'ici à 2100, ce qui toucherait une personne sur 10 dans le monde.

D'après ce 5ième opus, plus les hommes pompent, plus la terre chauffe. Le GIEC estime en effet que ce lien est « extrêmement probable », c'est-à-dire avéré à 95%.

Oui mais voilà, la courbe du CO2 dans l'atmosphère a beau continuer de grimper, c'est à peu près la seule chose qui bouge sur le sujet. Depuis 1972 et le premier sommet de la Terre (Stockholm), les politiques économisent l'énergie en ne faisant rien. Il faut dire qu'entre scientifiques et industriels, leurs cœurs balancent.

De 1999 à 2002, face au GIEC, des industriels créent le GCC (Global Climate Coalition). Derrière ces trois lettres : des entreprises comme Exxon Mobil, Shell, General Motors, BP ou Ford... Et ils ont du mal à sourire lorsque le GIEC conseille de réduire les émissions de CO2.

En 2001, ces mêmes industriels ont réussi à placer Philip Cooney, un ex-avocat de l'Institut Américain du Pétrole, directement à la Maison Blanche. En tant que responsable du climat, il supervise des rapports de scientifiques destinés à l'administration américaine.

Et il les corrigera méthodiquement, minimisant les études à coup de « peut-être » et « potentiellement » car ces aléas du climat n'ont finalement rien d'alarmant. En 2005, il démissionne. 3 jours plus tard, il est embauché par Exxon Mobil. Petit monde.

Retournons plutôt aux chiffres. Robert Bulle, sociologue américain, a identifié 91 organisations outre-atlantique qui relaient le discours climatosceptique des lobby industriels.

CO2 2.jpg

Entre 2003 et 2010, plus de 650 millions d'euros ont permis à ces lobbyistes de faire leur job. Près de 93 millions d'euros par an ! Plus de 15 fois le budget annuel du GIEC qui est lui de... 6 millions d'euros.

Et derrière tous ces dollars, toujours les mêmes gros pontes du pétrole : Exxon Mobil, ou la discrète Koch Industries, qui pèse plus de 90 milliards de dollars. Toute guerre a ses financiers.

Aujourd'hui, le changement climatique pourrait faire chuter de 2% les rendements des grandes cultures qui remplissent nos estomacs. 2 petits pourcent pas grand chose, sauf si on le compare à la réalité et les 14% d'augmentation dont on aurait besoin pour nourrir notre petit monde en expansion.
Cit fermee.PNG
En même temps, on sera peut-être moins nombreux. Toujours selon le GIEC, le niveau des mers pourrait avoir augmenté d'un mètre d'ici à 2100, ce qui toucherait une personne sur 10 dans le monde. Pas grand chose : 600 à 700 millions de personnes.

Mais pas de quoi s'inquiéter... Entre scientifiques et industriels, nos politiques sauront bien trouver la réponse... Après tout, ça ne fait que 40 ans qu'ils en « discutent »...

Crédits

Crédits
Un programme court proposé par Premières Lignes Télévisions et Story Circus en coproduction avec France Télévisions.
Écriture Julien Goetz
Réalisé par Julien Goetz & Henri Poulain
Directeur artistique Henri Poulain
Graphiste Laurent Quéro
Sound design Christophe Joly
Productrice exécutive Laurence de Rosière
Production exécutive StoryCircus
France 4 / France Télévisions Nouvelles Écritures Boris Razon

Cécile Deyon

Renaud Allilaire

Christophe Cluzel

Administratrice de production Sandrine Miguirian

Sources complémentaires

Une coquille s'est glissé dans la vidéo. Il s'agit en fait du chercheur Robert Brulle :

https://www.lemonde.fr/planete/article/2013/12/31/les-climatosceptiques-qui-valaient-des-milliards_4341572_3244.html

Voici un article plus récent du même auteur, toujours sur le financement du lobbying climatosceptique :

https://link.springer.com/article/10.1007/s10584-018-2241-z