Mais oui, mais oui, l'école est finie ! (EP.43)

De Wiki Datagueule
Aller à : navigation, rechercher
Informations techniques
Saison0318.jpg
Saison 3
Episode 43
Date de sortie 27/06/2015
Durée 3:45

Ah, l'école ! On a beau râler pendant toutes ces années où l'on y use les chaises et les tables, il reste qu'on y apprend un paquet de choses, en cours ou en dehors. Sur nous et sur les autres. Du coup, doit-on la voir comme un "commun" ? Un lieu d'apprentissage collectif où grandissent de jeunes citoyens ? Toujours est-il que, ces derniers temps, l'école devient aussi un enjeu économique et sa privatisation a de quoi soulever des questions.

Script

rigtMais oui, mais oui ! L'école est finie. Bonjour !

En 2000, à Dakar, lors du forum mondial sur l'éducation, 164 pays adoptent le programme « Éducation Pour Tous ».

En 2000, à Dakar, lors du forum mondial sur l'éducation, 164 pays adoptent le programme « Éducation Pour Tous »[1]. Une liste ambitieuse de 6 objectifs visant à améliorer l'accès à l'éducation d'ici à 2015. La même année, à New-York, 193 états membres de l'ONU signent la « Déclaration du Millénaire »[2]. 8 objectifs affichés également pour 2015 afin de préserver le développement mondial. L'accès à l'éducation apparaît en seconde position.

L'intention est vertueuse mais, aujourd'hui, 15 ans plus tard, les résultats ne sont pas au rendez-vous. En 2012, il restait 121 millions d'enfants non scolarisés et, surtout, les inégalités se creusent. Les enfants les plus pauvres ont désormais 4 fois moins de chance d'aller à l'école que les plus riches[3].

Alors, certains économistes préconisent une solution plus radicale : privatiser le système éducatif[4]. Car plus de concurrence, c'est plus de motivation pour mieux enseigner, c'est bien connu. Selon la Société Financière Internationale, le marché de l'éducation privée représenterait 380 milliards d'euros, de quoi susciter des vocations.[5]

L'entreprise anglaise Pearson - leader mondial du secteur - affichait 6,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014, dont 61% en Amérique du Nord[6]. Manuels scolaire, formation des professeurs, évaluation des élèves, pas d'inquiétude Pearson s'occupe de tout.

Pour les pays en développement, le groupe britannique a même lancé des écoles « low cost » grâce à sa filiale Bridge International Academies[5]. Présentes en Inde, au Ghana ou au Kenya ces écoles sont livrées en kit - des plans du bâtiment aux manuels scolaires - et les cours sont dispensés par des professeurs formés en 5 semaines. Au Ghana par exemple, l'enseignement est facturé à la journée et les paiements sont contrôlés par un bracelet électronique porté par chaque élève. Si la facture n'est pas réglée le 5 du mois, c'est l'exclusion. Un apprentissage radical de la compta.

Ecole 3.jpg

Au lendemain de l'ouragan Katrina, la Nouvelle-Orléans est devenu un laboratoire de l'enseignement privé[7]. En moins de 10 ans, 84 des 89 écoles sinistrées ont été réhabilitées sous forme d'écoles privées, les « charter schools ». Alors qu'avant la catastrophe, 65% des écoles de la ville étaient sous les standards d'éducation nationaux, aujourd'hui elles ne sont plus que 6%. Mais l'excellence a un coût. Certains établissements excluent plus de 50% de leurs élèves. Quand à l'égalité de l'accès à l'enseignement, elle n'est plus au programme : les écoliers noirs ont 69% de chances de plus de se retrouver dans des établissements les plus pauvres[8].

Mais allons voir du côté des bons élèves. En Suède, au milieu des années 1990 sont nées les « Friskoles ». Payées par les impôts mais gérées par des entreprises privées, ces écoles gratuites ont vite attirer entreprises et fonds de pension. Et ça se comprend : en 2013, elles auraient dégagé 2,5 milliards d'euros de bénéfices en encaissant les chèques éducatifs distribués par l'état[9]. Une belle réussite, sauf quand les cancres font plonger toute la classe. En 2013, la société danoiss John Bauer fait faillite. Propriétaire de 31 écoles, elle laisse sur le carreau 11.000 élèves et 1.000 professeurs[10].

Autre inconvénient de ce système : lorsque les élèves sont moins nombreux, la rentabilité vacille. Comme en 2008, où ces écoles privées suédoises ont équilibré leurs budgets en tranchant dans les moyens pédagogiques[9]. Du coup, en 2013, dans le classement des pays de l'OCDE sur la qualité de l'enseignement, la Suède a chuté de la 5ieme à la 30ieme place.
Cit fermee.PNG
Faire de l'école un bien privé, c'est la rendre vulnérable aux mêmes crises économiques que n'importe quelle entreprise. À ce détail près que les produits vendus par cette école font partie des socles de nos démocraties, comme l'accès au savoir ou l'apprentissage de la vie en société. Des biens communs en somme.

Sources

Sources principales

  1. http://www.unesco.org/new/fr/education/themes/leading-the-international-agenda/education-for-all/
  2. http://www.un.org/fr/millenniumgoals/bkgd.shtml
  3. http://unesdoc.unesco.org/images/0023/002324/232433f.pdf
  4. http://www.slate.fr/story/77312/privatiser-ecole-france-pas-tout-fait-une-fiction
  5. 5,0 et 5,1 http://www.humanite.fr/les-multinationales-inventent-les-ecoles-low-cost-570309
  6. https://www.pearson.com/corporate/ar2014.html#sec5
  7. https://www.wsj.com/articles/SB113374845791113764
  8. http://america.aljazeera.com/articles/2014/4/4/new-orleans-charterschoolseducationreformracesegregation.html
  9. 9,0 et 9,1 http://info.arte.tv/fr/lechec-de-la-privatisation-des-ecoles-en-suede
  10. http://www.reuters.com/article/us-sweden-schools-insight-idUSBRE9B905620131210

Sources complémentaires

Des articles, des vidéos, des émissions viendront poursuivre la réflexion.

Crédits

Crédits
Un programme court proposé par Premières Lignes Télévisions et Story Circus en coproduction avec France Télévisions.
Écriture et enquête Julien Goetz & Sylvain Lapoix
Réalisé par Julien Goetz & Henri Poulain
Directeur artistique Henri Poulain
Graphiste Laurent Kinowsky
Sound design Célia Sayaphoum & Emmanuel Rebaudengo
Mixage Yves Zarka
Productrice exécutive Laurence de Rosière
Production exécutive StoryCircus
France 4 / France Télévisions Nouvelles Écritures Boris Razon

Cécile Deyon

Renaud Allilaire

Christophe Cluzel

Administratrice de production Sandrine Miguirian