Big data : « Données, données, donnez-moi ! » (EP.15)

De Wiki Datagueule
Aller à : navigation, rechercher
Informations techniques
Saison025.jpg
Saison 2
Episode 15
Date de sortie 15/11/2014
Durée 3:41

À mesure que nos vies sont de plus en plus connectées, les données personnelles que nous émettons lors de chacune de nos activités deviennent un enjeu industriel considérable. Partons à la découverte d’un monde bâti autour du big data.

Script

rigtSi c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit. Bonjour !

Ah, les données personnelles ! Elles volent partout, tout autour de nous. Notre position GPS, les calories perdues pour aller jusqu’au bureau, les heures de sommeil accumulées, le détail de vos virées en vélo[1] ou en taxi[2], jusqu’à votre carte grise[3], une mine d’informations. Tous ces chiffres, une fois récupérés et bien stockés, c’est ce que l’on appelle le “BIG DATA”.

Ces données, nous en sommes les principaux émetteurs, volontairement. Elles documentent de plus en plus chacune de nos activités et ce n’est qu’un début. En 2015, il devrait y avoir 15 milliards d’appareils connectés à internet et jusqu’à 50 milliards en 2020[4]. Autant de sources pour alimenter le big data. IBM, leader du secteur, a investi 24 milliards de dollars ces dix dernières années sur la seule analyse des données[5]. Voilà une belle promesse !

Mais quel est donc l’enjeu de cette boulimie de données ? Prenons les “maisons intelligentes”, des habitations dotées de capteurs qui analysent notre quotidien. Allstate, un assureur américain, offre déjà 25% de remise à tous les propriétaires qui en équiperaient leur habitation[6]. Étonnant…

Autre secteur : les voitures. Des boîtiers installés dans les véhicules permettent aux conducteurs de jouer avec leurs propres statistiques. Mais l’assureur, lui, les analyse pour affiner des profils types, les bonus et les malus, et donc des contrats types[7]. Pourquoi s’en priver ? En France, 70% des automobilistes seraient prêts à équiper leur voiture de capteurs en échange d’une ristourne sur leur contrat[8].

En France, 70% des automobilistes seraient prêts à équiper leur voiture de capteurs en échange d’une ristourne sur leur contrat.

Et la santé ? Axa offre à certains de ses assurés français un bracelet connecté : calories brûlées, rythme cardiaque, oxygène dans le sang, il stocke tout un flot de données passionnantes[9]. Du coup l'assureur vous récompense s'il détecte un mode de vie sain : jusqu'à 100e si vous effectuez plus de 10.000 pas par jour. Car un assuré en bonne santé, c'est assureur comblé.

Parlons crédits. Lenddo, basée à Hong-Kong, scrute les flux twitter et facebook pour déterminer si ses clients méritent un prêt. Ou pas. Kreditech en Allemagne fait de même. L’entreprise analyse pas moins de 8.000 paramètres depuis votre localisation jusqu’à vos achats en ligne. Ou encore Zestfinance qui capte 70.000 flux différents pour évaluer le risque lié à ses clients.[10]

Allons plus loin. Puisqu’il y a aussi du risque en politique, le bigdata doit pouvoir aider lors des élections. Les équipes de Barack Obama ne s’y sont pas trompées.

Les fonds collectés lors de la campagne démocrate de 2012 ont atteint des records : plus d’un milliard de dollars. Près de 70% étaient issus de dons en ligne : merci les données personnelles[11] ! Grâce aux informations collectées sur les votants, le staff de l’actuel président américain a pu cibler au mieux les appels au dons.

De la même manière, ils ont pu analyser les comportements d'électeurs clés : les indécis. En Ohio, par exemple, les données de 29.000 votants furent injectées dans une machine qui a reproduit 66.000 fois l'élection suivant différents scénarios[12]. En simulant leur comportements, les équipes d'Obama ont pu déduire quels arguments sauraient les faire basculer dans leur camp.

Au fait : Rayid Ghani, le scientifique des données pour Obama, n'est pas un novice : le big data lui permettait déjà de maximiser l'efficacité des promotions dans les supermarchés. Il n'y a pas de hasard.
Cit fermee.PNG
Ces données, que nous libérons gratuitement et volontairement à chaque instant, permettent d'optimiser nos tâches quotidiennes. Mais aussi les contrats d'assurances, les profits bancaires ou les arguments politiques. En limitant les risques, le big data espère rentabiliser le monde. Un monde où ceux qui utilisent ces données décident de ce qui est bon, ou mauvais.

Sources

Sources principales

  1. https://qz.com/199209/londons-bike-share-program-unwittingly-revealed-its-cyclists-movements-for-the-world-to-see/
  2. https://research.neustar.biz/2014/09/15/riding-with-the-stars-passenger-privacy-in-the-nyc-taxicab-dataset/
  3. https://www.formulaires.modernisation.gouv.fr/gf/showFormulaireSignaletiqueConsulter.do?numCerfa=13750*03 (la petite case en bas de formulaire)
  4. https://www.theguardian.com/news/datablog/2014/apr/22/how-much-is-personal-data-worth
  5. http://www-03.ibm.com/press/us/en/pressrelease/44468.wss
  6. https://www.forbes.com/sites/aarontilley/2014/07/30/smartthings-smart-home-services/
  7. https://www.nytimes.com/2014/08/16/your-money/auto-insurance/tracking-gadgets-could-lower-your-car-insurance-at-the-price-of-some-privacy.html?_r=1
  8. https://web.archive.org/web/20170315194610/http://www.pwc.fr/fr/espace-presse/communiques-de-presse/2014/juillet/un-francais-sur-deux-se-dit-pret-a-confier-ses-donnees-personnelles.html
  9. https://www.jechange.fr/assurance/mutuelle-sante/news/big-data-axa-assurance-connectee-11-06-2014-3298
  10. http://www.slate.com/articles/technology/future_tense/2013/01/wonga_lenddo_lendup_big_data_and_social_networking_banking.html
  11. http://swampland.time.com/2012/11/15/exclusive-obamas-2012-digital-fundraising-outperformed-2008/
  12. http://swampland.time.com/2012/11/07/inside-the-secret-world-of-quants-and-data-crunchers-who-helped-obama-win/

Sources complémentaires

Des articles, des vidéos, des émissions viendront poursuivre la réflexion. https://www.lebigdata.fr/definition-big-data Article très intéressant complet et technique tout en évoquant les avantages et les dangers des big data ainsi qui leur influence sur notre société actuelle.

Crédits

Crédits
Un programme court proposé par Premières Lignes Télévisions et Story Circus en coproduction avec France Télévisions.
Écriture et enquête Julien Goetz & Sylvain Lapoix
Réalisé par Julien Goetz & Henri Poulain
Directeur artistique Henri Poulain
Graphiste Gilles Roqueplo
Sound design Christophe Joly
Mixage Yves Zarka
Productrice exécutive Laurence de Rosière
Production exécutive StoryCircus
France 4 / France Télévisions Nouvelles Écritures Boris Razon

Cécile Deyon

Renaud Allilaire

Christophe Cluzel

Administratrice de production Sandrine Miguirian